• C'est assez compliqué en ce moment.
    Je suis assez perdu. Le monde avance et je ne peux pas dire que je le suis beaucoup. Les gens évoluent et moi je suis comme un arbre planter au milieu d'un désert. Oui, l'image n'est pas très belle et si on s'imagine la scène on se rend compte que ma vie est loin d'être idyllique.

    Il y a une semaine, j'avais encore des projets plein la tête. Ils étaient réalisables. Mais comme je vous l'ai dit, sans nommer ma maladie; ou plutôt mon handicap qui ne se voit pas; celui-ci m'empêche d'accomplir mes projets. C'est un peu comme si tout se figeait et que je restais là à ne plus pouvoir bouger.
    En plus, tout va mal dans mon immeuble. Je dors mal à cause que mon vieux lit me réveille dans la nuit par son bruit de grincement. Et quand ce n'est pas mon lit, c'est les voisins du dessus qui sont d'incroyables cons. De toute façon, mes voisins sont tous assez cons. Et moi aussi d'ailleurs, je suis assez con. Tout ceci fait une belle bande de cons. Sauf que moi, je n'emmerde personne volontairement. Hors mes voisins du dessus, oui...
    Et puis je me demande où je vais et j'aurai bientôt 57 ans. Ca fait cinq ans que je ne vis presque plus. Si j'étais mort, ça ne serait pas pire... Enfin, je ne sais pas. Je ne suis jamais mort encore.

    Allez, on va penser à autre chose.

    Moralement, ce n'est pas le beau fixe quoi...


    votre commentaire
  • Hier soir (mercredi), j'ai regardé la série Tin Star sur rmc-story.

    Alors, j'ai adoré et j'ai passé un bon moment. Au début, je n'y croyais pas trop. Mais, très vite, la série prend son souffle et j'ai trouvé le temps court sur les trois épisodes tellement ça allait vite.
    De quoi s'agit-il ?

    C'est l'histoire d'un détective privé qui postule sur un poste de chef de la police au Canada. Il entraine toute sa petite famille avec lui de Londre en Grande-Bretagne jusqu'en Alberta, un état de l'Ouest du Canada, dans la petite city tranquille où il ne se passe jamais rien de Little big Bear. Il fuyait ses vieux démons qu'est l'alcool et la vie stressante en Europe. Là, il va vivre une vie plutôt paisible. Les policiers sont là pour des délits mineurs et pour faire fuir les ours qui parfois s'approchent trop des habitations. Bref, une vie pépère.

    Sauf qu'un jour, des promoteurs industriels s'intéressent au pétrole ou gaz de chiste que renferme le sol de la petite ville. Et c'est là que tout bascule.
    D'abord, par un suicide que le chef pense être un meurtre. Et là, c'est l'escalade.
    Le chef de la police et sa famille, sa femme, sa fille adolescente et son fils de cinq ans se font attaqué dans une station service. Un homme surgit masqué et tue le gamin et blesse la femme.

    La série est filmée avec une certaine originalité. On voit un fait et ce fait se recule pour voir comment tout à commencer. Ainsi, nous vivons l'instant et nous retournons en arrière pour voir le pourquoi des choses. Cela pourrait être gênant. Mais pas du tout. Car on ne s'ennuie pas du tout.
    La série est touchante, troublante. C'est à la fois un thriller, un policier et un drame familiale et sociétale. Sociétale, parce qu'il décrit bien l'aspect des moeurs et coutumes canadiennes. En tout cas, c'est ce que je retiens. Mais il faut vous dire que j'aime bien connaître la façon de vivre des gens.

    Bref, je vous recommande cette série car on ne s'ennuie pas ! C'est parfois un peu violent. Mais, ça se regarde facilement quand même.


    votre commentaire
  • Je n'ai pas envie d'écrire en ce moment. Le printemps me donne le bourdon.

    Bonne journée à toutes et à tous.


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, il fait soleil et le ciel est bleu. C'est dans ces moments-là que j'aimerais encore avoir ma voiture. J'aimais aller faire une ballade à la campagne ou en forêt. J'aime la nature et regarder le paysage, rêver, regarder vivre les gens, moi ça me plaisait bien. Ca fait plusieurs années maintenant que je vis entre mes quatre mûrs et que je m'ennuie à mourir ou comme si j'étais déjà mort dans mon cercueil.

    J'avais besoin de parler de ça. Je sais que ça ne sert à rien mais quand même.

    Je me demande pourquoi j'existe. Je n'ai jamais été heureux. Ici, je peux en parler.

    Au fait, vous avez été très nombreux à passer me lire. Merci à vous tous.

     


    votre commentaire
  • Aujourd'hui, on nous a privé de 1 heure de sommeil.

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires